sabato 14 maggio 2016

Mai, l’amour…



Mon cher mai…
Je n’ai pas cessé de semer
Et mes mains, mes mains…
Ne récoltent plus rien encore
De hargne je vie et je me revigore
Je ne suis plus un gamin !

J’ai admiré aujourd’hui le coucher du soleil
Le printemps m’excite et réveille,
en moi le rêves de mon enfance
Je regarde le ciel comme une hirondelle
et je soupire n’ayant pas encore d’ailes
Mon cœur, pourtant, est plein d’espérance !

Car seulement toi, oh mai !
Fait rêver les vivants et les embaumés
La renaissance est contagieuse…
Mais la vie, mais l’amour
Ne sont pas pour toujours

Mon âme est pourtant malheureuse !

Nessun commento:

Posta un commento

Hamid Misk, scrittore.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Cerca nel blog